READING

Peter Read. Ink and Iron : revisiting Picasso’s me...

Retour

Peter Read. Ink and Iron : revisiting Picasso’s metal monuments to Apollinaire

Pablo Picasso Head of a Woman

Pablo Picasso, Head of a Woman, 1929-1930, Fer, tôle, ressorts et passoires peints, 100 x 37 x 59 cm. Musée national Picasso-Paris. Dation Pablo Picasso, 1979. MP270 © RMN-Grand Palais (musée Picasso de Paris) / Mathieu Rabeau © Succession Picasso, 2016

Cette intervention se propose de revisiter les sculptures métalliques les plus significatives réalisées par Picasso en collaboration avec Julio González entre 1928 et 1932. Certains de ses carnets, ainsi qu’une série de dessins qu’il a réalisée dès 1912, témoignent chez Picasso de la mise en œuvre d’une stratégie créatrice fondée sur une volonté soutenue de recherche et d’expérimentation. L’artiste a en effet consacré vingt-cinq ans au développement d’idées concernant l’emploi dans la sculpture d’espaces vides, de plaques métalliques et de fils de fer. L’intervention revient également sur le rôle joué par la prose de fiction d’Apollinaire, ainsi que par ses chroniques d’art et ses écrits sur les musées ethnographiques, en tant qu’inspirateurs de sculptures en métal de Picasso, destinées à la tombe du poète. Proposant un document inédit qui évoque des rencontres possibles entre Apollinaire et González avant la Grande Guerre, l’intervention offre également des éléments d’appréciation de plusieurs sculptures et des observations concernant l’état actuel de la version en bronze de La Femme au jardin. La juxtaposition des deux versions de cette sculpture, en fer et en bronze, lors de l’exposition « Picasso. Sculptures » en 2016 au musée Picasso, Paris, suscite une comparaison entre les deux œuvres et quelques remarques concernant leurs différences et leurs similitudes. En conclusion, nous soulevons des interrogations concernant la série d’agrandissements tardifs réalisés à partir des maquettes en fil de fer créées par Picasso et González en 1928.

This essay revisits and reassesses the most important metal sculptures Picasso made with Julio González between 1928 and 1932. Reference to Picasso’s sketchbooks and to drawings dating back as far as 1912, shows how his creative strategy was underpinned by purposeful continuity and persistent research and development. Picasso’s ideas on the use of sheet metal, wire and empty space in sculpture seem to have taken nearly twenty years to mature. There is renewed discussion here of how aspects of Apollinaire’s fiction and journalism, including his writings on ethnographic museums, inspired metal sculptures Picasso designed for the poet’s grave in Père-Lachaise cemetery. Providing new information on possible contacts between Apollinaire and Julio González before the First World War, the essay comments on sculptures Picasso made with González and on the current condition of the bronze Femme au jardin. The juxtaposition of the iron and bronze versions of this sculpture, presented side-by-side in the 2016 Picasso. Sculptures exhibition at the musée Picasso in Paris, prompts discussion here of similarities and differences between the two works. The essay also raises questions regarding the status of the various enlargements of the 1928 wire maquettes, made at various times from the 1950s to the 1980s.

Parmi les publications de Peter Read figurent Picasso and Apollinaire: The Persistence of Memory (University of California Press, 2008) ; Guillaume Apollinaire, Correspondance avec les artistes 1903-1918, coéditée avec Laurence Campa (Gallimard, 2009) ; « Picasso et Robert Desnos, 1923-1945 : “une exigence de liberté” », dans Cahier de l’Herne Pablo Picasso (2014) ; Guillaume Apollinaire/Paul Guillaume, Correspondance (Gallimard, 2016) ; Apollinaire : lettres calligrammes manuscrits (Éditions de la BnF/Textuel, 2016). Membre du conseil scientifique de l’exposition « Apollinaire : le regard du poète » (Paris, musée de l’Orangerie, 2016), il a participé à des catalogues d’expositions à Amsterdam, Barcelone, Londres, Metz, Paris, Toulouse et Washington. Peter Read est professeur d’art et de littérature français à l’université du Kent, Canterbury, Royaume-Uni.

Peter Read’s publications include Picasso and Apollinaire: The Persistence of Memory (University of California Press, 2008); Guillaume Apollinaire, Correspondance avec les artistes 1903-1918, co-edited with Laurence Campa (Gallimard, 2009); “Picasso et Robert Desnos, 1923-1945 : ‘une exigence de liberté’”, in Cahier de l’Herne Pablo Picasso (2014) ; Guillaume Apollinaire / Paul Guillaume, Correspondance (Gallimard, 2016); Apollinaire: lettres calligrammes manuscrits (Textuel / Éditions de la BnF, 2016). He was a member of the Advisory Committee for the exhibition Apollinaire: le regard du poète (Paris, 2016) and he has contributed essays to exhibition catalogues for museums in Amsterdam, Barcelona, London, Metz, Paris, Toulouse and Washington DC. Peter Read is Professor of Modern French Literature and Visual Arts at the University of Kent, Canterbury, UK.

Les resumés de chaque intervention