READING

Laurence Madeline. Médium et symbole. La palme dan...

Retour

Laurence Madeline. Médium et symbole. La palme dans les sculptures de Picasso

Pablo Picasso La chèvre

Pablo Picasso, La chèvre, Vallauris, 1950, Plâtre, panier en osier, pots en céramique, feuille de palmier, métal, bois, carton, 120 x 72 x 144 cm. Musée national Picasso, Paris. MP340 © RMN-Grand Palais (musée Picasso de Paris) / Béatrice Hatala © Succession Picasso, 2016

Dans six sculptures différentes – Objet à la feuille de palmier, 27 août 1930 ; Femme enceinte, 1949 ; La Chèvre, 1950 ; Femme portant un enfant, 1953 ; La Plongeuse, 1956 ; Le Taureau, vers 1958 – Picasso utilise des fragments de palme. Ce faisant, il agit ainsi qu’André Breton l’avait analysé dans son article du Minotaure, « Picasso dans son élément », publié en 1933 : « Une aimantation élective, qui exclut toute élaboration préalable, décide seule, par le truchement de la substance qui se trouve littéralement sous la main, de la venue d’un corps ou d’une tête. »

Au-delà du hasard, dont le poète fait un élément majeur de la création de Picasso, celui-ci renoue, en utilisant des palmes, avec des pratiques primitives, des symboliques classiques et également primitives qui remettent en cause sa seule approche aléatoire, pragmatique et inspirée.

In six sculptures—Objet à la feuille de palmier, August 1930; Femme enceinte, 1949; La chèvre, 1950; Femme portant un enfant, 1953; La plongeuse, 1956; and Le taureau, c. 1958—Picasso used pieces of palm. This aligns with Breton analysis in his brilliant essay for the first issue of Minotaure in 1933, where he stressed Picasso’s ability to avoid preliminary formulation, and conversely his use of elective magnetization which decides, thanks to the material exactly at hand, the creation of a head or a hand.

Beyond chance, which is, according to Breton, the major constituent of Picasso’s creative process, the artist using palms goes back to original practice, classical and primitive symbolism that reconsiders the approach only unpredictable, pragmatic and inspired.

Laurence Madeline est conservateur en chef aux Musées d’art et d’histoire de Genève. Elle est actuellement commissaire des expositions « Picasso. 1932 » (Paris, musée Picasso, automne 2017) et « Hodler. Parallélisme » aux Musées d’art et d’histoire de Genève (2018) où elle a déjà organisé les expositions « J’aime les panoramas. S’approprier le monde » (2015), « Gustave Courbet. Les années suisses » et « Rodin. L’accident. L’aléatoire » (2014). Ancien conservateur au musée d’Orsay, elle a été commissaire des expositions « Crime et châtiment » (2010), « James Ensor » (2009), « Picasso/Manet. Le Déjeuner sur l’herbe » (2008). Spécialiste de Picasso, elle a organisé les expositions « On est ce que l’on garde. Les archives de Picasso » (2003), « Picasso Ingres » (2004) et, à Johannesburg et à Cape Town, « Picasso and Africa » (2005-2006). Elle a été commissaire générale de l’exposition « Picasso à l’œuvre. Dans l’objectif de David Douglas Duncan » (Genève, 2011) et commissaire de « Picasso devant la télé » (Consortium de Dijon, Genève, 2013 ; musée Picasso de Münster et musée Picasso de Málaga, 2014). Auteure de Picasso Van Gogh (La Martinière, 2006) et d’Ultra sauvage. Gauguin sculpteur (Adam Biro, 2000), elle a également publié la correspondance de Gertrude Stein et Picasso (Gallimard, 2005) et les lettres de Dalí à Picasso (Le Promeneur, 2005) ainsi que Picasso devant la télé (Les Presses du réel, 2013).

Laurence Madeline is head curator at the Musées d’Art et d’Histoire de Genève. She is curating Picasso. 1932 for the Musée Picasso, Paris in 2017 and Hodler: Parallelism for Geneva (2018), where she already organized the expositions I Love Panoramas: Appropriating the World (2015), Courbet: The Swiss Years and Rodin: The Accidental, the Random (2014), Picasso devant la télé (2013) and Picasso at Work: Through the Lens of David Douglas Duncan (2012). Former curator at the Musée d’Orsay, she was a curator of the exhibitions Crime and Punishment (2010), James Ensor (2009) and Picasso/Manet: Lunch on the Grass (2008). A specialist on Picasso, she organized the exhibitions We Are What We Keep: The Archives of Picasso (2003), Picasso Ingres (2004) and in Johannesburg and Cape Town, South Africa: Picasso and Africa (2005–06). She is the author of Picasso Van Gogh (2006, La Martinière) and Ultra sauvage. Gauguin sculpteur (2000, Adam Biro), and has published the correspondence between Gertrude Stein and Picasso (2005, Gallimard) and the letters of Dali to Picasso (2005, Le Promeneur) as well as Picasso devant la télé (2013, Les Presses du réel).

Les resumés de chaque intervention