READING

Catherine Craft. Picasso’s Tête de Femme and...

Retour

Catherine Craft. Picasso’s Tête de Femme and the Betograve Sculptures

Pablo Picasso Tête de femme

Pablo Picasso, Tête de femme, 1957, Painted steel, 77.2 x 34.9 x 25.7 cm. Raymond and Patsy Nasher Collection, Nasher Sculpture Center, Dallas, Texas. Spies 492 © Succession Picasso, 2016

En 1957, Picasso a rencontré l’artiste norvégien Carl Nesjar, qui lui a montré des photos des ouvrages résultant de la bétogravure, procédé développé par l’architecte norvégien Erling Viksjø et l’ingénieur Sverre Jystad. La bétogravure consiste à introduire dans un coffrage, quelle que que soit sa forme, un agrégat de gravier mêlé de béton ; après séchage, la surface du béton peut être sablée pour révéler l’agrégat sous-jacent. Picasso a autorisé Nesjar à utiliser ses dessins pour faire des gravures monumentales sur les murs de l’édifice du gouvernement, à Oslo, et a également consenti à la proposition suivante de Viksjö et Nesjar : faire une grande sculpture selon la même technique. Le résultat a été Tête de femme, créé dans le jardin de la maison d’été de Viksjø. Picasso était si impressionné par les photos des résultats qu’il a poursuivi cette collaboration avec la création de plus d’une douzaine de sculptures monumentales.

Tête de femme réside aujourd’hui dans le jardin de sculptures du Nasher Sculpture Center à Dallas, au Texas, tout comme la petite Tête de femme en tôle, l’une des cinq sculptures sur ce thème faites par Picasso à l’été 1957. Cet essai retrace la collaboration et l’amitié de Nesjar et de Picasso à l’origine de la création de cette première sculpture monumentale. À partir des lettres de Nesjar et des photographies dans les archives du Musée Picasso, cet essai évoque aussi les fondements théoriques et pratiques ayant nourri le dialogue entre les deux artistes. Nesjar s’est fondé pour sa tête de béton sur deux sculptures – la Tête présente dans la collection du Nasher, et une autre, en bois, fabriquée à partir de la même maquette en carton, au musée Picasso. La photographie a joué un rôle important dans ce processus, d’autant plus que l’une des visites de Nesjar à Picasso a coïncidé avec une des séances du photographe David Douglas Duncan avec l’artiste, dans laquelle Picasso a présenté la petite Tête de femme en bois comme une œuvre monumentale. Le traitement chez Picasso du motif la tête de femme, dans ses peintures et ses gravures contemporaines, a également joué un rôle important dans cette transition vers la sculpture monumentale. L’essai se termine sur un bref compte rendu de la restauration récemment entreprise sur la Tête de femme monumentale.

Catherine Craft a rejoint le Nasher Sculpture Center en 2011, où elle a organisé l’exposition « Melvin Edwards : Five Decades » (2015) et a été l’auteur principal de la publication d’accompagnement. Elle a participé aux présentations de la collection permanente, comme « Work in Progress: Plaster from the Collection » (2016), « Rediscoveries: Modes of Making in Modern Sculpture » (2012), et « Assemblage in the Nasher Collection » (2012), et collaboré aux catalogues d’exposition Ana Veronica Janssens ; Katharina Grosse: WUNDERBLOCK ; Return to Earth: Ceramic Sculpture of Fontana, Melotti, Miró, Noguchi, and Picasso (pour lequel elle a écrit sur Isamu Noguchi), et Nasher XChange: 10 Years. 10 Artists. 10 Sites (pour lequel elle a écrit sur Lara Almarcegui, Rachel Harrison et Liz Larner). Elle travaille actuellement à la première grande exposition américaine de l’œuvre de Jean Arp depuis trois décennies. Avant d’obtenir son doctorat de l’université du Texas à Austin, elle a travaillé à la National Gallery of Art, à Washington, sur les expositions de Robert Rauschenberg et Ellsworth Kelly. Elle est l’auteur de An Audience of Artists: Dada, Neo-Dada, and the Emergence of Abstract Expressionism (2012) et de Robert Rauschenberg (2013), ainsi que de nombreux articles, critiques et conférences. Au Metropolitan Museum of Art, elle a conçu et collaboré à l’exposition « Paper Trails: Selected Works from the Permanent Collection 1934-2001 » (2011).

 

Catherine Craft joined the Nasher Sculpture Center in 2011, where she curated the 2015 touring retrospective Melvin Edwards: Five Decades and was principal author of the accompanying publication. She has collaborated on the permanent collection presentations Work in Progress: Plaster from the Collection (2016), Rediscoveries: Modes of Making in Modern Sculpture (2012), and Assemblage in the Nasher Collection (2012), and was author for the exhibition catalogues Ana Veronica Janssens, Katharina Grosse: WUNDERBLOCK, Return to Earth: Ceramic Sculpture of Fontana, Melotti, Miró, Noguchi, and Picasso (for which she wrote on Isamu Noguchi), and Nasher XChange: 10 Years. 10 Artists. 10 Sites (for which she wrote on Lara Almarcegui, Rachel Harrison, and Liz Larner). She is currently at work on the first major US exhibition of Jean Arp’s work in three decades. Prior to receiving her PhD from the University of Texas at Austin, she worked at the National Gallery of Art, Washington, on Robert Rauschenberg and Ellsworth Kelly exhibitions. She is the author of An Audience of Artists: Dada, Neo-Dada, and the Emergence of Abstract Expressionism (2012) and Robert Rauschenberg (2013), as well numerous conference papers, articles, and reviews. As a senior research fellow at the Metropolitan Museum of Art, she conceived and co-curated the 2011 exhibition Paper Trails: Selected Works from the Permanent Collection 1934–2001.

Les resumés de chaque intervention